Le blog de la Fondation Aidara Cherif

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 15 août 2013

Tobor - Un écovillage en construction

permaculture Tobor

Une initiative régionale de la Fondation Aidara Cherif Union pour l’éradication de la pauvreté en Afrique, maître d’ouvrage, en synergie avec l’ANEV et GEN Sénégal affiliée à GEN Afrique, partenaires stratégiques, techniquement conçue, planifiée et réalisée par l’ONG SOS Environnement, maître d’œuvre.

La permaculture occupe une place prépondérante dans un écovillage ; c’est un triptyque qui associe dans son design, habitat (fonctionnel, écologique et socio-culturel), ressources naturelles, agriculture et élevage.

permaculture Tobor

Le facteur anthropique - à gauche - fondé sur des valeurs morales et spirituelles, exploite les facteurs biotiques et abiotiques du milieu, représentés à droite, pour créer une demeure, un élevage et une agriculture durables lesquels promeuvent un cadre de vie biogène convivial socialement satisfaisant, une autosuffisance alimentaire et une plus-value en ressources autochtones, convertibles en ressources allochtones ou en monnaie dans le cadre d’une économie de marché respectueuse des principes du commerce équitable.

En permaculture, le design est personnalisé. Il émane avant tout de chaque individu, de chaque membre de la communauté : c’est une unité d’organisation fonctionnelle, productive et normative, qui part de l’individu pour gagner toute la communauté. La sommation spatiale des « unités de permaculture », façonne l’écovillage dont l’aspect général réfléchit la vision du monde et les valeurs de la communauté qui le conçoit.

lundi 22 juillet 2013

Programme AIVS (Agence Immobilière à Vocation Sociale)

Depuis 1998, la FONDATION AIDARA CHERIF a fait du développement l'axe prioritaire de son action. Un logement pour chaque famille, la possibilité d'envoyer ses enfants à l'école, aussi bien les filles que les garçons, l'accès aux soins et à l’emploi sont les objectifs poursuivis par la Fondation depuis sa création.

La Fondation Aïdara Cherif a aussi ouvert une nouvelle plate-forme de production des savoirs et des connaissances. Il s’agit de donner l’occasion aux jeunes publics (étudiants, professionnels), porteurs de projets, de bénéficier d’un environnement de consolidation de leurs acquis et d'actualisation de leurs idées, de leur projets et de leur vision.

L’AIVS (Agence Immobilière à Vocation Sociale) a pour principe fondamental l’intégration des valeurs partagées de solidarité, de partage et d’entraide dans le domaine de l'habitat. L’accessibilité au logement est un problème crucial. Ainsi, pour trouver une solution pratique et durable, l’AIVS œuvre, en partenariat avec les collectivités locales, les investisseurs et les fondations, à l’élaboration d’un projet sociétal de logement pour tous.

Le principe de réalisation d’une telle démarche nécessite une vaste campagne de sensibilisation et de recueil de données sur la situation du logement à Dakar.

A cet effet, trois quartiers devant faire l’objet d’une enquête ont été retenus par le groupe d’étudiants, de chercheurs et de professionnels de la Fondation pour servir de base de travail à l’AIVS.

Cette enquête constitue la première étape de la coopération entre l'AIVS et la Fondation.

Présentation officielle de la phase d'enquète de terrain pour la réalisation du programme AIVS.

La présentation de la phase de lancement de l’enquête de terrain s’est faite en présence du Secrétaire Général de la FONDATION AIDARA CHERIF, Vieux AÏDARA, et de l’ensemble des membres du comité d’exécution et de l’équipe en charge de l’étude de faisabilité de l’AIVS. Elle s'est déroulée comme suit :

1°/- Présentation des supports de communication de l’AIVS (cent tee-shirts et casquettes ont été distribués)

2°/- Remise des lots aux équipes d’enquêteurs des trois zones d'enquête, à savoir Ouakam, Médina et Parcelles Assainies .

L’enquête va mobiliser trente enquêteurs. 150 foyers et ménages sont ciblés, soit 50 enquêtes par quartiers ou zones.

lundi 1 juillet 2013

Cherif Vieux Aïdara, secrétaire de la Fondation Aidara Cherif

Cherif Vieux Aidara

Photo de Cherif Vieux Aïdara, secrétaire général et co-fondateur de la Fondation Aïdara. (Mise à jour)

lundi 25 mars 2013

La Fondation AÏDARA CHERIF est en deuil

Nous avons appris avec une grande tristesse la disparition de deux amis de longue date de la Fondation.

Beaucoup de liens et de souvenirs nous attachaient à leurs personnalités hors du commun.

Cheikh Abdoulaye DIENG, était un fin lettré, ancien sorbonnard, grand amoureux de la langue et de la culture françaises et grand amateur de théâtre, il avait apporté au président de la Fondation, jusqu'au soir de sa vie, sa grande sagesse et ses précieux conseils en matière de relations publiques.

Cheikh

Sidy Mohamed DIAGNE, avait travaillé pour la Banque mondiale avant de mettre son expertise au service de la Fondation dont il fut le premier administrateur. Il avait choisi d'être aux côtés du président et du secrétaire général de la Fondation dès 1996, date du début de l'aventure humanitaire. Homme de grande foi, il restera à tout jamais lié à l'histoire de notre Fondation, lui qui avait choisi d'employer toutes ses compétences à aider les autres.

CIMG0222_400dk.jpg

Le président de la Fondation, Chérif Yancouba AÏDARA, le secrétaire général, chérif Vieux AÏDARA et toute l'équipe de la Fondation adressent aux familles de Cheikh Abdoulaye DIENG et de Sidy Mohamed DIAGNE leurs condoléances les plus attristées et souhaitent les assurer de leurs sentiments personnels de profonde sympathie dans cette épreuve si douloureuse.

samedi 22 décembre 2012

Voeux du président de la Fondation pour l'année 2013

Cherif Yancouba aà la radio

En ces temps d'espérance que constitue une nouvelle année, je pense en premier lieu à tous ceux qui, partout dans le monde, souffrent parce qu'ils ont faim, parce qu'ils n'ont pas les moyens de se faire soigner ou d'envoyer leurs enfants à l'école, A tous ceux qui sont victimes, non pas de l'injustice de la vie, mais de celle des hommes, et je forme des vœux pour que chacun prenne conscience que le seul bon chemin est celui de la solidarité

- entre bien portants et malades, entre jeunes et vieux, entre actifs et chômeurs, entre riches et pauvres -

car nous sommes toujours plus forts lorsque nous agissons ensemble.

La Fondation AÏDARA CHERIF continuera, quant à elle, comme elle le fait depuis plus de quinze ans, à apporter un soutien matériel à ceux qui sont sans travail et privés de l'espoir d'en trouver jamais dans leur propre pays.

L'article 23 de la Déclaration universelle des droits de l'homme stipulait pourtant que « Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage » et l'article 25 énonçait que « Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l'alimentation, l'habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires ». Parce que nous aidons depuis plus d'une décennie précisément ceux qui n'ont droit à rien, nous avons conscience de l'abîme qui sépare la réalité du droit.

Mais, parce que l'espoir finit toujours par prendre le pas sur les faits, nous sommes également convaincus qu'il faut travailler sans relâche à insuffler davantage de justice dans les sociétés où nous vivons.

C'est pourquoi, la Fondation AÏDARA CHERIF continuera son action auprès de tous ceux qui sont écrasés et entravés par l'iniquité sociale qui prend racine dans l'égoïsme (causé par l'ignorance) des hommes. Je forme aussi des vœux pour que chacun se sente enfin réellement libre car la liberté, ce n'est pas seulement la possibilité qui serait donnée abstraitement, mais la puissance d'agir concrètement, celle de se nourrir, de se loger, de se soigner ou d'éduquer ses enfants.

Je forme des vœux pour que ceux qui dirigent les États et qui ont d'immenses responsabilités et des choix difficiles à faire, trouvent enfin des remèdes aux maux qui gangrènent les sociétés partout dans le monde, notamment la pauvreté croissante de millions de femmes et d'hommes et la destruction de l'environnement, sociétés dont ils ont ardemment souhaité prendre la charge.

Les peuples libres n'ont pas besoin d'aumône mais de travail, seul garant d'une autonomie financière, et par là, de dignité.

L'année 2013 devra être un tournant pour le continent africain, pour le Monde et nous devons agir dès aujourd'hui, main dans la main, associations, opérateurs économiques et gouvernements, pour le développement au service des plus déshérités afin que la justice sociale prenne le pas sur l'abus des profits de quelques-uns.

Œuvrons pour qu'ensemble en 2013, nous fassions reculer la misère et la faim.

J'adresse à tous, en mon nom et en celui du secrétaire général, Chérif Vieux Aïdara, des vœux de longue vie, prospérité et bonheur partagés.

Chérif Yancouba Aïdara Président-Fondateur de la Fondation AÏDARA CHERIF

lundi 10 septembre 2012

Aide aux sinistrés des inondations dans la localité de Médina Gounass (banlieue de Dakar)

La Fondation AÏDARA CHERIF est venue en aide aux sinistrés des inondations à Gounass dans la banlieue dakaroise

Gounass

Une importante délégation de la Fondation, menée par son Président, Chérif Yancouba AÏDARA, a rendu visite, le mercredi 5 septembre 2012, aux habitants de Médina Gounass, victimes des récentes inondations qui sévissent au Sénégal.

La délégation a été reçue par Madame le Maire et sénatrice, Woré Sarr, à qui il a été remis, pour une distribution aux habitants, deux tonnes de riz, ainsi que du sucre pour un montant de 200 000 FCFA.

Madame le Maire a également demandé à la Fondation d'intervenir auprès des investisseurs pour que la localité dont elle a la charge puisse être rénovée dans les meilleurs délais. La Fondation, en partenariat avec des entreprises de construction européennes, souhaite s'engager dans la reconstruction des quartiers de Médina Gounass afin que chaque famille puisse vivre dans un logement décent,à l'abri des inondations récurrentes.

Gounass

Gounass

lundi 27 août 2012

Fête de fin de Ramadan : la Fondation a distribué 37 tonnes de riz pour une valeur de 11. 100 millions CFA

distribution ramadan

Comme chaque année, la Fondation a été particulièrement sollicitée pendant la période des fêtes de Ramadan (cette année, les 19 et 20 août ). Le président de la Fondation, Chérif Yancouba AÏDARA, épaulé par les responsables de la distribution de denrées alimentaires au sein de la Fondation, a pu acheminer, dans les régions les plus isolées du Sénégal, de Gambie et de Guinée-Bissau, 37 tonnes de riz et de denrées alimentaires diverses.

En outre, afin de rompre l'isolement des populations rurales, il a été procédé à une nouvelle distribution de téléphones portables, lesquels peuvent, dans ces villages enclavés, sauver des vies en cas d'urgence.

La Fondation aura distribué pour l'ensemble du mois de Ramadan de cette année 2012 environ 76 tonnes de denrées alimentaires.

lundi 6 août 2012

Aperçu du talent des artistes et artisans de Casamance

Nous évoquions les problèmes des artisans de la région de Casamance au Sénégal dans un précédent billet, Voici un très bref aperçu de l'étendue du talent de ces artisans casamançais qui ont du mal à vivre de leur production en raison de la situation locale.

artisanat Casamance

orfevre Casamance

artisanat Casamance

artisanat Ziguinchor

orfevrerie Ziguinchor

Ces artisans sont des habitants de la ville de Ziguinchor (Casamance).

dimanche 29 juillet 2012

Fondation Aïdara Cherif : Quatre nouvelles nominations.

Quatre nouvelles nominations à la Fondation Aïdara Cherif.

Coumba Danfakha

Madame Coumba DanFakha.
Coordinatrice de la Fondation Aîdara Cherif.

Aissatou

Madame AISSATOU MANSATA SOUMARE.
Responsable du Micro-crédit.

Dieneba Sylla

Madame DIENEBA SYLLA.
Responsable des étudiants.

Mariama Ly

Madame Mariama Ly.
Responsable des Jeunes mamans.

jeudi 26 juillet 2012

La Fondation Aïdara Cherif s'engage dans le développement durable et équitable

La Fondation AIDARA Chérif (Union pour l'éradication de la pauvreté en Afrique) s'engage dans le développement durable et équitable

L'origine de la Fondation Aïdara Chérif

Le Président de la Fondation Aïdara Chérif, chérif Yancouba Aïdara et son frère, le Secrétaire Général de la Fondation, chérif Vieux Aïdara, ont quitté très jeunes leur village de Tobor dans la région de Casamance au Sénégal et, ont longtemps parcouru le monde.
Ils n'ont jamais oublié leurs racines et surtout, tous ceux qui, familles, amis et voisins, sont restés dans les villages et subissent depuis toujours, impuissants, les affres de la pauvreté.

En 1998, ils ont créé la Fondation Aïdara Cherif, dont le principal objectif est de partager, de venir en aide, dans l'urgence, à un maximum de personnes dans le besoin, et d'extraire définitivement de la pauvreté la population rurale en créant des emplois, notamment par le développement de l'agriculture de proximité.

Mais au-delà de l'urgence, le combat plus général que mènent chérif Yancouba Aïdara et chérif Vieux Aïdara, est un combat pour l'équité, c'est-à-dire pour garantir à chacun sa part d'accès à la richesse de la terre et aux fruits de son labeur. Il leur semble en effet inconcevable d'accepter qu'un jour prochain, il y ait huit milliards de démunis et que seulement une petite partie de l'humanité puisse subsister "relativement" confortablement.

L'engagement de la Fondation dans le développement durable

Étant donné que les principales fonctions du développement durable sont, en premier lieu, la lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale, deuxièmement, la production de nourriture, de biens et de services durables et, enfin, la protection de l'environnement, la Fondation s'est engagée dans des projets d'écovillages incluant le développement de l'agroécologie, l'utilisation des énergies renouvelables et l'accès gratuit à l'éducation et aux soins pour les populations rurales des différentes régions du Sénégal, de Gambie et de Guinée-Bissau.

Nous avons la chance que l’Afrique soit un continent riche, et, comparé à l'Asie, encore sous-peuplé.
C'est pourquoi, nous pouvons inventer des modes de développement qui assureront demain le bien-être du plus grand nombre tout en préservant et restaurant les écosystèmes.
Avec l'expérience catastrophique, sur le plan environnemental, des pays occidentaux, en matière de politique agricole productiviste, le continent africain a la possibilité de gagner un siècle en évitant les erreurs commises ailleurs.

La Fondation AÏDARA Chérif a la volonté et le devoir de promouvoir une agriculture vivrière, diversifiée, seule à même d'éviter la famine aux populations africaines.
La Fondation AÏDARA Chérif entend prendre part, avec le soutien des pays du Nord, à la préservation de la biosphère, qui est, faut-il le rappeler, la même pour tous.

Car nous sommes convaincus que ce n'est qu'au prix d'un effort planétaire de solidarité et de partage avec les pays les plus développés, que l'objectif de réduire les altérations de l'environnement global sera atteint.

N'oublions pas que la globalisation a rendu les hommes interdépendants. Nous savons aujourd'hui que le sort de toutes les espèces, hommes, animaux, végétaux, est lié. C'est pourquoi, les solutions à ces problèmes sont aujourd'hui globales.

L’Afrique doit prendre conscience que l'écologie n'est pas un luxe de nantis et de pays développés, que la protection de l'environnement n'aura de réelle efficacité que si l'aide au développement durable est tangible sur le continent africain.

Seule la création d'emplois sur le sol africain permettra, d'une part, d'éviter le déplacement des agriculteurs vers les centres urbains, d'autre part, de pallier le flux migratoire des jeunes vers les pays du Nord.

Il est nécessaire que s'impose à tous une obligation d'assistance mutuelle écologique. Sinon il serait absurde d'imposer à l'Afrique la mise en place de mesures pour lutter contre le réchauffement climatique alors que les plus grands producteurs de CO2 se trouvent dans les pays du Nord.

Le développement durable ne pourra être entrepris en Afrique qu'avec le soutien des pays les plus développés. Nous sommes, plus que jamais interdépendants et liés les uns aux autres.

Tous les pays sont aujourd'hui contraints de gérer ensemble les ressources de la planète, les flux de populations et doivent s'efforcer de surmonter les fractures sociales. En mettant en œuvre des éco-projets, la Fondation AÏDARA chérif, entend prendre part à la mise en œuvre d'une nouvelle éthique internationale.

L'Afrique a besoin de l'Europe et L'Europe et le monde ont besoin de l'Afrique.

Événement à venir : Rencontres des associations africaines engagées dans le développement durable

Le 15 décembre 2012, la Fondation AÏDARA Chérif organise à Dakar une rencontre de différentes associations engagées dans des programmes environnementaux. Il s'agit de créer un «espace écologique africain », véritable coopération environnementale, qui constituera un répertoire de tous les projets innovants pour l'Afrique, en matière de préservation des ressources naturelles et d'amélioration de la vie quotidienne des populations.

A l'issue de cette rencontre, chaque association remettra ce répertoire au gouvernement de son pays afin d'inciter et de soutenir les actions gouvernementales.

mardi 24 juillet 2012

Denrées alimentaires pour les régions déshéritées du Sénégal, de Gambie, de Guinée-Bissau, du Mali, de Mauritanie

En ce mois de Ramadan, la Fondation Aïdara Chérif a déjà distribué aux personnes nécessiteuses 39 tonnes de dattes, huile, riz et sucre.

Souaibou Aidara

Le secrétaire général adjoint de la Fondation, Souaibou Aïdara.

stocks denrées

Comme chaque année depuis 1999, le président de la Fondation, Chérif Yancouba AÏDARA et le secrétaire général, Chérif Vieux AÏDARA, procèdent à la traditionnelle distribution de dattes, riz et sucre à ceux pour qui le repas vespéral, après une journée entière de jeûne, représente un problème quotidien.

Les denrées sont distribuées dans les régions les plus déshéritées du Sénégal, du Mali, de Mauritanie, de Gambie et de Guinée-Bissau.

distribution alimentaire

La distribution a commencé le 10 juillet et devait se terminer le 22 juillet. Mais chaque jour, les demandes ne cessent d'affluer si bien que Chérif Yancouba Aïdara et Chérif Vieux Aïdara sont contraints de continuer à aider les personnes les plus en difficulté et d'élaborer un système de don en alternance-une année pour les uns, l'année suivante pour les autres afin que le maximum de familles bénéficient de ce soutien indispensable pour nombre d'entre elles.

Certaines familles nombreuses bénéficient de cette assistance de la part de la Fondation depuis une décennie, et plus que jamais elle est pour eux le seul recours.

distribution alimentaire

La Fondation ne reçoit aucune subvention pour cette action. Chérif Yancouba et Chérif Vieux Aïdara sont les deux seuls contributeurs financiers de cette distribution de nourriture depuis 1999.

stock d'huile et de riz en attente

Comme dans le Christianisme, et d'autres religions qui sont avant d'être des promesses d'une vie dans l’au-delà des "codes civilisateurs", de savoir vivre au sein des sociétés humaines, " l’aumône ", l'aide aux déshérités, (l'aide aux vivants) est une part essentielle de l'Islam.


'' Quant aux aumônes que vous donnez aux pauvres, Qui ont été réduits à la misère dans le chemin de Dieu Et qui ne peuvent plus parcourir la terre ; - L'ignorant les croit riches, à cause de leur attitude réservée. Tu les reconnais à leur aspect : ils ne demandent pas l'aumône avec importunité Dieu sait parfaitement Ce que vous dépensez pour eux en bonnes œuvres. 

Ceux qui dépensent leurs biens, la nuit et le jour, en secret et en public, trouveront leur récompense auprès de leur Seigneur : ils n'éprouveront plus alors aucune crainte ; ils ne seront pas affligés.''

Le Coran, Sourate II, versets 273, 274

lundi 9 juillet 2012

Equipe de la Fondation Aïdara Cherif

Yancouba Aidara

Boubacar

Samsidine

Souaibou

Mamadou

Cheikh

Idrissa

groupe

Equipe de la Fondation Aïdara Cherif.

mercredi 4 juillet 2012

Rencontre avec les artistes et artisans de Ziguinchor

artisans

Le Président de la Fondation a rencontré Madame Ndeye Marie Sagna, directrice du centre artisanal de Ziguinchor et Monsieur Ibrahima Fall, Secrétaire général du Collectif des Artisans de Ziguinchor.

artisans

Les artisans de Casamance ont demandé au Président de la Fondation d'intervenir auprès des instances nationales et internationales pour relancer le tourisme dans la région.

En effet, depuis plus de trente ans, les artisans ne peuvent plus exercer leur activité à cause de l'insécurité qui règne sur la route et de la fermeture des hôtels. Les artisans casamançais ne peuvent plus participer aux foires et expositions internationales, faute de moyens financiers.

La Fondation s'est engagée à appuyer les requêtes des artisans afin de relancer une activité majeure de la région.

dimanche 1 juillet 2012

De la nourriture, des moustiquaires et des médicaments pour la Casamance

distribution Casamance

En cette période de saison des pluies (en Casamance, on appelle cette saison Hivernage) les Casamançais doivent faire face à la pénurie de nourriture et de médicaments, en particulier contre le paludisme. La Fondation a été sollicitée pour des distributions de riz, moustiquaires et de médicaments antipaludéens.

vendredi 29 juin 2012

Micro-crédit : Rencontre avec une association de femmes de Casamance

association femmes

Les représentantes des associations de femmes de Casamance ont rencontré le Président de la Fondation pour des demandes de micro-crédits.

De nombreuses femmes casamançaises se retrouvent seules à assumer les besoins de la famille, après le décès des époux. Ces femmes ont besoin d'un capital de départ pour faire fonctionner de petits commerces dans divers domaines et en particulier, la vente de poissons (achat aux pécheurs, congélateurs), la vente de tissus (besoin de teintures pour tissus), fabrication et vente de travaux de couture (besoin de machines à coudre), de matériel de cuisine et de motos-taxis (confection et livraison de plats cuisinés).

jeudi 28 juin 2012

Besoins : matériel de forage et machines agricoles pour les jeunes de Casamance

association jeunes

Le responsable de l'association des jeunes de Casamance a rencontré le président de la Fondation afin de demander de l'aide pour l'achat de matériel de forage et de matériel agricole.
Durant l'hivernage (saison des pluies), soit de trois à quatre mois dans l'année, les jeunes ne peuvent plus s'adonner aux travaux d'agriculture, faute d'eau potable et de machines agricoles. Ce sont 475 demandes de matériel de forage qui ont été déposées auprès de la Fondation.

mercredi 27 juin 2012

Espoir de paix et de développement pour la Casamance

A l'occasion de la visite en Casamance du président de la république du Sénégal, Macky Sall, le président de la Fondation a rappelé que la priorité était d'investir dans la région sud de manière durable pour mettre fin à la pauvreté qui encourage la violence.

" Si du travail est offert aux populations et les jeunes bien formés et encadrés dans l’agriculture, le sud retrouvera la paix ", a soutenu le président de la Fondation.

Selon lui, il faut aussi relancer le tourisme qui permet à l’artisanat de se développer et de créer des milliers d’emplois.

" Nous avons beaucoup d’espoirs en cette visite du chef de l’Etat qui, à l’instar de ses prédécesseurs compte relever les nombreux défis pour la paix et le développement de ce joyau qu'est la Casamance. "

Lien vers l'article du Soleil.sn

Aide à la Casamance

Pour ce mois de Juin 2012 :

Achat par la fondation de quatre mille sept cent cinquante tôles (4750) pour une valeur de neuf millions cinq cent mille francs CFA (9.500.000).

En Casamance, le Président de la Fondation a reçu des hommes et des femmes qui ont émis des doléances concernant leur quotidien :

besoin de :

  • - nourriture.
  • - de toits et matériaux de construction (fer et ciment pour les maisons).

Pour le mois de ramadan, la Fondation envisage des distributions de dattes et de sucre pour la solidarité et l’entraide.

Projets pour la Casamance :

Le Président Yancouba Aïdara a expliqué sa vision de l'essor de la Casamance à travers des projets de développement durable :

  • - Création d’une zone franche en Casamance
  • - Projet d'agro-écologie (agriculture biologique)
  • - Projet agricole en partenariat avec des agronomes israéliens et italiens.
  • - Construction d'éco-villages avec mise en œuvre des énergies renouvelables.

Ces projets seront mis en œuvre dans la région de Kolda, Ziguinchor et Sédhiou.

mardi 26 juin 2012

Assemblée générale du 05 mai 2012

Décisions de l'assemblée générale de la Fondation Aidara Cherif en sa réunion du 05 mai 2012 sous la présidence  de Cherif Yancouba Aidara.

  • - Président de la Fondation : Yancouba Aïdara.
  • - Administrateur : Boubacar Samake.
  • - Conseiller personnel du président : Seid Mohamed Diagne.
  • - Conseiller spécial du président : Cheikh Abdoulaye Dieng.
  • - Conseiller chargé des relations internationales : Mamadou Bamba Ndiaye.

La réorganisation du bureau de la Fondation Aïdara Cherif entre dans le cadre d'une gestion de l'institution pour mieux répondre aux sollicitations des populations qui demandent aide et assistance. Pour ce faire, il faudrait une collaboration appuyée avec les autorités de l'Etat à travers les différents ministères, une coopération avec les missions diplomatiques et les organisations non gouvernementales (ONG) aussi bien locales qu'étrangères. Ainsi donc, la fondation, à travers des projets de développement diversifiés contribuera à soulager les populations en proie à la faim et à la misère.

dimanche 24 juin 2012

Ecoles : à propos des demandes d'aide que reçoit la Fondation

Problèmes des écoliers et étudiants de Casamance et de Dakar.

La Fondation Aïdara Cherif est régulièrement sollicitée par les élèves et les étudiants des écoles et universités de Ziguinchor et de Dakar pour des dons de fournitures scolaires (cahiers, stylos, cartables...).

Les élèves manquent dans certains villages de vêtements et de chaussures, et de lampes de bureau, de lampes à pétrole dans les villages non électrifiés pour pouvoir étudier le soir. Les élèves et écoles auraient également besoin d'ordinateurs, même de seconde main.

- page 2 de 3 -